À PROPOS

¹ Yūrei : Les Yurei sont les fantômes d’êtres humains (généralement de sexe féminin), qui sont décédés laissant derrière eux regrets et colères. Ils cherchent dans leur errance une manière de trouver le repos en apaisant leurs esprits torturés.

²Torii : portail traditionnel japonais.

 

Storyboard - Entrée du Yomi

 

NOTE D'INTENTION

 

Guilhèm GALY-ACHE (Réalisateur) :

    L'objectif premier de ce court-métrage est de créer une narration filmique à travers la danse. D'inspiration Butô, le film se situe dans un univers diégétique à la frontière de l'occident et du Japon.En effet, des références au shintoïsme et autres légendes folkloriques japonaises ponctuerons la trame scénaristique. Nous pourrons ainsi voir des personnages iconiques, Hannya, par exemple, représentée par l'intermédiaire de son masque issu du théâtre Nô.

    D'un point de vue esthétique, nous allons contraster avec des cadres assez modernes et une photographie s’apparentant davantage au cinéma primitif (à l'image des êtres qui la hantent) : c'est-à-dire une image en noir et blanc, très contrastée, avec une focale particulière, et des cadres plus proches du cinéma asiatique.

 

Melvin COPPALLE (chorégraphe et metteur en scène) :               

    Un seul langage, celui du corps. Une seule dimension, celle du regardant et du regardé. Faire émerger une histoire dans laquelle chacun peut se retrouver : celle du corps meurtri qui s'exprime, qui cherche un purgatoire.

    Mais l'harmonie entre ces deux entités se trouble peu à peu. Nous devenons des corps-machines, nous ne prenons plus conscience de nos actions routinières et de nos mouvements. Le quotidien devient une danse qui nous enferme en nous-même et empêche l’émancipation de l'être.  Ce projet propose d’abandonner nos exuvies sociales. Revenir à la chair, revenir à nos expressions primaires, à notre façon de nous mouvoir sans contraintes. Y laisser libre s'exprimer la poésie du corps.

TEASER

Retour à l'accueil